JP Blog - шаблон joomla Окна

Revue de Presse

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Abdenour Hochiche, Directeur des Rencontres cinématographiques de Bejaia : «Un programme à la fois éclectique et exigeant»

 

Abdenour Hochiche est le directeur des Rencontres cinématographiques de Béjaïa. Il est également le président de l'association Projet'Heurts. Dans cet entretien, il nous parle des préparatifs pour la 14e édition des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, prévues du 3 au 9 septembre, et des nouveautés qui attendent cette édition. 

 

Nous sommes à un mois seulement de la 14e édition des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, comment vont les préparatifs ?

 

Les préparatifs vont bon train, comme on dit. Nous travaillons à la fois sur les dernières retouches à apporter au programme, tout en ayant un œil sur l'aspect logistique de l'événement.

Nous sommes attentifs aux dernières nouvelles pouvant émaner de la salle de la cinémathèque de Béjaïa quant à son équipement en DCP, nous croisons les doigts et espérons fortement que cette édition sera celle de ce bond qualitatif représenté par cet outil de projection.

Nous sommes aussi attentifs aux nouvelles pouvant venir du ministère de la Culture concernant notre demande de financement, nous espérons être destinataires d'une réponse à la fois rapide et positive, à même de nous permettre de travailler tranquillement et sereinement.

 

Qu'est-ce qu’il y aura de nouveau dans cette édition ?

 

Souvenez-vous que l'année dernière, nous avions lancé le Béjaïa film laboratoire, cet espace dédié au financement des projets cinématographiques, pour cette édition, la nouveauté est la dotation de ce BFL de deux bourses.

La première, dédiée à l'aide à l'écriture, portant le nom «Les ateliers sauvages - Hafid Tamzali», est dotée de 200 000,00 DA et une résidence d'écriture de 4 semaines, alors que la seconde, destinée à l'aide à la finition (montage) et qui porte le nom de «Mouny Berrah», l'illustre critique de cinéma disparue il y a quelques années, est dotée de 300 000 DA plus une résidence de montage de huit semaines (mise à disposition d'une station montage).Le concours est ouvert aux Algériens, aux Marocains et aux Tunisiens.Nous avons reçu une trentaine de projets pour l'aide à l'écriture et une quinzaine pour l'aide à la finition.Désormais, le BFL sera un axe très important dans notre travail. Nous voulons être une plateforme d'aide aux projets cinématographiques.

Grâce à nos partenaires, les ateliers sauvages, l'IFA, l'institut Goethe, l'ambassade des Pays-Bas, une chambre à soi, nous avons pu monter cette première édition maghrébine et grâce à tous les autres qui, j'espère, seront intéressés par cette initiative, nous allons donner encore plus d'ampleur et de profondeur au BFL.

 

Il y aura quoi au programme ?

 

Nous serons fidèles à notre ligne éditoriale en mettant en place un programme à la fois éclectique et exigeant. Des regards cinématographiques et des univers les plus innovants.

L'objectif de la programmation des RCB est d'établir un dialogue entre les cinéastes et le public, entre l'œuvre et ceux et celles qui la regardent.

 

Le monde de la culture est touché par des restrictions budgétaires dues à la crise financière, est-ce que les RCB sont concernées ?

 

Nous ne sommes pas une manifestation budgétivore, les RCB se font à moindre frais, aussi nous restons confiants puisqu’il ne pourrait exister de coupe dans une manifestation déjà financièrement pas trop exigeante.

 

Source: Le temps

 


 

Entretien avec : Amine Hattou,  chargée de communication des rencontres cinématographiques de Béjaia 
« La tendance de cette année va vers un cinéma exigent et radical »

Créé en 2003, les rencontres cinématographiques de Bejaia se veulent une vitrine du cinéma, un lieu d'échange, de dialogue, de débat Et de rencontres entre professionnels du 7ème art et public cinéphile. Dans cet entretien le chargé de communication de ce rendez vous important du 7 art, M. Amine Hattou, nous donne plus de détails sur la présente édition qui se déroulera du 05 au 11 septembre 2015.

Entretien réalisé par : Tarik el yahyaoui

1/les rencontres cinématographiques de Bejaia ont 13 ans cette année. Pouvez-vous revenir sur sa genèse ?

Les rencontres cinématographiques de Bejaia ont vu le jour en 2003. Dés le début l’idée était d’offrir au cinéma un espace pour être vu, débattu et réfléchi. D’année en année la notoriété de cet événement ne cesse d’augmenter, aussi les organisateurs de cette manifestation ont depuis le début acquis conscience qu’il faut saisir et capter les attentes du public et des professionnels du cinéma et essayer d’y répondre en mettant en place ne serait-ce que des pistes à explorer tous ensemble.

2/ vous allez lancer cette année la 1e édition de « Bejaia Film Laboratoire » pourriez-vous nous en parlez d’avantage

« Bejaia Film Laboratoire » est né avant tout d’une réflexion sur l’état du cinéma en Algérie avec l’absence de tout ce qui permet un environnement professionnel et une industrie cinématographique digne de ce nom. C’est dans cette optique que nous avons entamé cette démarche en deux temps : créer, en premier lieu, de nouveaux mécanismes nécessaires à toute industrie du film tel que des rencontres professionnels internationales de coproduction et cofinancement, et dans un deuxième temps : créer un véritable marché du film à dimension maghrébine, africaine et même internationale.L’objectif premier de la première édition de Bejaia Laboratoire film est de permettre aux professionnels algériens d’avoir une visibilité sur les mécanismes et les fonds d’aides pour leurs projets. Il s’agit aussi de donner désormais un lieu et un rendez-vous annuels aux professionnels du cinéma en Algérie, partant du constat que ce genre de rencontre n’existe pas dans le paysage cinématographique algérien.Je pense aussi qui le timing est très bien choisi pour lancer ce genre d’activités, parce que il accompagne une série d’évènements qui peut faire avancer les choses, un engagement plus prononcé de la part des autorités dèja, comme la création du CDAC (centre algérien diffusion cinématographique) l’année dernière, mais aussi l’émergence d’un cinéma algérien contemporain et un intérêt international pour ces films venu de l’Algérie. 

Je trouve aussi qu’il est grand temps que les chaines de TV privés et nationales s’intéressent enfin au cinéma local, et s’implique dans la production et la diffusion des films en Algérie. Et ce laboratoire est une excellente opportunité de le faire. L’appel est lancé.

3/Quelle tendance se dégage cette année dans la sélection des films ?

Cette année on a reçu un nombre exceptionnels de films de toute catégorie et de tous pays, 320 œuvres on était visionnées par notre comité de sélection et 32 films on était sélectionnés, Tout ce que je peux vous dire c’est que la tendance de cette année va vers un cinéma exigent et radical. Le documentaire est aussi une tendance qui s’affirme d’année en année que ce soit dans les œuvres reçues ou encore dans celles retenues.

4/ Des hommages seront rendus lors de cette édition ?

Non, pas particulièrement.

5/ les rencontres cinématographiques de Bejaia est une manifestation qui a réussi, tout de même à s’imposer au fil des années…

Je pense que la passion est le moteur qui nous permet de faire ce qu’on fait, et de bien le faire, Les Rencontres dure depuis 13 ans et cela grâce à l’amour pour le cinéma que porte chacun de nos bénévoles (qui sont pour la plupart lycéens et étudiants). Cette longévité est aussi le fruit d’une vision et une envie permanente de se réinventer à chaque édition. Je pense que Project’heurts aujourd’hui est passé du stade d’association a celui d’un acteur culturel à part entière. C’est la preuve que le manque de moyens ne peut faire obstacle à des projets, qu’on aime et dans lesquels on croit.

6/Les rencontres ont permis de créer des passerelles entre les différentes mentalités…..

C’est toute la beauté du cinéma, celui de construire des passerelles entre les gens, nous pousser à réfléchir sur notre condition humaine, de regarder le monde autrement, avec les yeux de quelqu’un d’autre. Je pense que tout le mérite revient à ces faiseurs d’images qui nous racontent la vie à leur manière. Et nous sommes content, à notre tour de les rendre accessible pour le public Algérien.

7/ Qu’espérez-vous de ces rencontres ?

 

Je pense que l’édition de cette année sera exceptionnelle sur tous les aspects, on va pouvoir voir des films incroyables et très récents, assister à des débats, à des Master classes, et rencontrer des réalisateurs venant des quatre coins du monde. Je souhaite que cette édition permettra au public de découvrir de nouvelles histoires qui les font rêver et douter, qui les poussent à regarder plus de films et pourquoi pas à en faire.

 interview réalisé par Tarik el yahiaoui
source :Sbanews.info


 

Roberto Cimetta Fund

13ème Rencontres Cinématographiques de Bejaia 2015 - APPEL A FILMS
08.04.2015

Les Treizièmes Rencontres Cinématographiques de Bejaia auront lieu du 05 au 11 septembre 2015.

 Chaque année depuis 12 ans, l’association Project’heurts met à l’honneur le cinéma dans tous ses états à travers une sélection de longs et courts métrages  de Fiction, Documentaires, Animation et expérimental. Les Rencontres font découvrir des œuvres uniques et diverses qui doutent et  questionnent la société et l’individu, le tout ancré dans un esprit de débat, de partage et  d’amour pour le Cinéma.

 Pour sa prochaine édition, Les Rencontres cinématographiques de Bejaia lance un appel à destination de Producteurs, Réalisateurs qui voudraient soumettre leurs films au comité de programmation.

  Pour Participer, envoyer le lien du film (Vimeo) à:

 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Ou Par courrier (copie DVD du Film) à: 

Association Project'heurts

Maison de la culture de Bejaia.

Boulevard Krim Belkacem Bejaia 06000

Algérie.

 Date limite de l'envoi des films: 04 juillet 2015.

Source: www.cimettafund.org


 Horizons
Côté courts Maghreb 2015

Deux sessions d’une semaine dédiées à l’écriture scénaristique

Publié le 2 mai 2015

Les 13es Rencontres cinématographiques de Bejaia, organisées par l’association Project’Heurts, auront lieu cette année en septembre. Elles accueilleront Côté courts, un atelier de formation continue dédié à l’écriture scénaristique de format court. Cet atelier s’adresse à des auteurs-réalisateurs algériens, marocains et tunisiens désireux de consolider leurs techniques d’écriture scénaristique à travers un accompagnement dans le développement d’un scénario de court métrage de fiction ou de programme court. L’atelier Côté Courts 2015 se déroulera sur 2 sessions d’une semaine : 1re session (1 semaine) du 05 au 11 septembre 2015 compris, lors des 13es Rencontres cinématographiques. Seconde session (1 semaine), 4e trimestre 2015, lieu : Algérie, Tunisie ou Maroc. Les participants (au nombre maximum de 9) sont sélectionnés par un jury international sur lecture de leur projet.

Source: http://www.horizons-dz.com/?Deux-sessions-d-une-semaine


 Viny Culture

Appel à participation à la Nuit du Clip de Béjaïa

Par Amiès M. / Le 07/05/2015, 21:05

Le clip sera au cœur d’une soirée ramadanesque prévue le 25 juin à Béjaïa, à l’initiative de l’Association Project’heurts.

Présent dans le cinéma, la musique, la communication, l’information et bien d’autres sphères culturelles encore, le clip musical sera abordé dans toutes ses bobines à travers des projections éclectiques, algériennes ainsi qu’étrangères, qui amèneront à débattre sur sa particulière flexibilité à servir toute cause.

En sus d’un programme à l’heure actuelle en phase de conception, l’Association vous encourage à leur envoyer vos propres clips références à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et ce, avant la date butoir du 1er juin prochain.

Le lieu et le programme détaillé de la soirée n’ont pour l’instant pas été communiqués, mais restez à l’affût de la page Facebook de l’événement pour être tenus au courant.

Source: http://www.vinyculture.com/nuit-du-clip-participer-bejaia-427/


 Goethe-Institut Tunis
CALL FOR ENTRIES : Bejaia Film Meetings 2015
21 mai, 18:21

Every year since 2003, the Association Project heurt's celebrates cinema in all its forms through a selection of short and feature films of Fiction, Documentary, Animation and Experimental. The Festival is a place to discover unique and diverse stories that doubts and question society and the individual, all rooted in a spirit of debate, sharing and love for cinema.

Producers and Filmmakers are invited to submit their films to the 13th annual Bejaia Film Meetings, September 05-11 2015 in Bejaia (Algeria).

To participate, send a video link of your film (eg Vimeo) to:

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Or By mail (DVD copy of the film) to:

Association Project'heurts

Maison de la culture de Bejaia.

Boulevard Krim Belkacem Bejaia 06000

Algérie

Deadline: : July 4th 2015

Source: https://www.facebook.com/goetheinstitut.tunis


The Huffington post 
Cinéma: Susciter le débat, le partage et la coopération
Publication: 

CINÉMA - Les onzièmes rencontres cinématographiques de Béjaia (Nord-Est d'Alger) auront lieu du 8 au 14 juin 2013. Cette manifestation culturelle bénéficie de plusieurs partenariats dont l'aide à la mobilité de l'Ambassade de France par le biais de son service de Coopération et d'Action Culturelle et le financement de l'atelier "Côté Courts" par Canal France International (CFI) dans le cadre de son volet "Coopérations Médias". Rencontre avec Abdenour Hochiche, président de l'association "Project'heurts" organisatrice de ces rencontres cinématographiques.

lire la suite sur la source: http://www.huffingtonpost.fr/nadia-agsous/festival-cinema-algerie_b_3403648.html


 

Dernière modification le vendredi, 05 août 2016 15:52

Copyright © 2015 Project'heurts - Powered by RosalCom.com